Incompréhensions et fake-news concernant Nutri-Score. Comment essayer de déstabiliser un outil de santé publique qui dérange ?

Serge Hercberg (1,2), Pilar Galan (1), Manon Egnell (1), Chantal Julia (1,2)

1 Université Paris 13, Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (EREN), Centre d’Epidémiologie et Biostatistiques Sorbonne Paris Cité (CRESS), Inserm U1153, Inra U1125, Cnam, COMUE Sorbonne-Paris-Cité, F-93017 Bobigny

2 Département de Santé Publique, Hôpital Avicenne (AP-HP), F-93017 Bobigny

Depuis quelques mois, circulent sur les réseaux sociaux, dans divers médias et parfois même dans la bouche de personnalités politiques de premier plan, un certain nombre d’opinions négatives et d’informations trompeuses à propos du Nutri-Score, le logo d’information nutritionnelle destiné à être apposé en face avant des emballages des aliments adopté officiellement par la France en 2017, et plus récemment par la Belgique et l’Espagne. Ce phénomène s’est particulièrement accentué ces dernières semaines, vraisemblablement en rapport avec les débats très médiatisés qui ont lieu actuellement dans plusieurs pays européens autour du choix de leur logo nutritionnel, et du fait aussi des discussions qui ont lieu au sein des instances de la Communauté Européenne à Bruxelles.

Dans ce cadre bouillonnant, les manœuvres visant à décrédibiliser le Nutri-Score pour éviter son adoption se multiplient alors que ce dernier est plébiscité par de multiples associations de consommateurs en Europe ! Fort d’un dossier scientifique convaincant regroupant plus d’une trentaine de publications internationales validant d’une part son algorithme sous-jacent et son format graphique et démontrant, d’autre part, son efficacité et sa supériorité par rapport aux autres logos sur plusieurs dimensions du comportement des consommateurs, le Nutri-Score est refusé avec force par certains groupes de pression (association des industriels agro-alimentaires FEVIA en Belgique, BLL en Allemagne, Coldiretti en Italie…). Bien que certains industriels et distributeurs en France, en Belgique, en Espagne, mais aussi en Allemagne, en Autriche, au Portugal, en Suisse, en Slovénie,… ont choisi d’afficher sur leurs produits le Nutri-Score, il persiste encore des oppositions très fortes de certaines grandes multinationales agro-alimentaires qui ne souhaitent pas utiliser le Nutri-Score. Celles-ci ont établi des stratégies pour tenter de le torpiller, en proposant, par exemple, des alternatives de logos qu’ils ont développés et qui leurs sont plus favorables (ENL au niveau européen, cercles du BLL en Allemagne, les batteries en Italie,…). Dans ce sens, les fausses informations (« fake news ») visant le Nutri-Score font, sans aucun doute, le jeu de ces multinationales qui souhaitent décrédibiliser le Nutri-Score. Elles sont également le fait ou sont relayées par toutes sortes de « gourous » ou de simples internautes qui expriment non pas une vision de santé publique étayée par un travail scientifique mais de simples opinions personnelles qui, au travers de quelques exemples montés en épingle visent à décrédibiliser l’ensemble du système. Les fausses informations sur le Nutri-Score qui circulent actuellement sur les réseaux sociaux et dans certains médias se différencient totalement des critiques légitimes qui font partie du débat scientifique utile (notamment sur les limites du système), tant dans leurs objectifs que dans leur forme. Les fake news se caractérisent par le fait que l’information qu’elles véhiculent est trompeuse, et ne cherchent qu’à troubler les esprits. Elles se limitent le plus souvent à la juxtaposition d’éléments qui peuvent être juste pour chacun d’entre eux mais dont la mise en scène peut contribuer à une confusion ou semer le doute chez ceux qui n’ont pas le recul ou suffisamment de connaissances sur le Nutri-Score, sur ses objectifs et la manière dont il se calcule et s’utilise.

Le plus souvent, les fake news montent en épingle un seul exemple du système, sorti de tout contexte, en l’utilisant pour décrédibiliser l’ensemble. Elles circulent de ce fait sous la même forme (message ou support iconographique), le plus souvent au travers d’une image « parlante » présentée sous une forme pseudo-scientifique. La même image est souvent accompagnée de commentaires méprisants voire injurieux. Les fake-news sont souvent mises en ligne ou relayées par des émetteurs « anonymes » ou par des particuliers qui s’appuyant sur la même information (souvent la même image) donnent leur avis personnel (dans certains cas vraisemblablement trompés eux-mêmes par l’information ou insuffisamment informés pour reconnaitre la fake news). Ce qui est spectaculaire c’est que ces désinformations sortent des réseaux sociaux et sont repris comme de éléments scientifiques par certains médias (parfois importants) et par tous ceux qui ont intérêt à s’en servir (lobbys, scientifiques ayant des liens d’intérêt avec des opérateurs économiques, personnalités politiques, voire ministres…).

En fait le lancement d’une fausse information sur le Nutri-Score et le fait qu’elle soit relayée par différents émetteurs impliquent différents mécanismes :

1. la méconnaissance ou la dénégation de ce que l’on peut attendre du Nutri-Score (ou d’ailleurs de tout autre logo nutritionnel). Ainsi, elles n’intègrent manifestement pas, soit volontairement ou non, le principe, l’objectif, les contraintes et le périmètre d’action d’un logo nutritionnel, ni l’ensemble des données scientifiques qui valident son algorithme de calcul ou son format graphique,

2. la reprise d’exemples de comparaisons du Nutri-Score portant toujours sur les mêmes aliments (en nombre très limité), rapprochés et mis en scène dans le but de donner l’impression que le Nutri-Score classerait de façon absurde la qualité nutritionnelle ou la valeur santé des aliments, et donc induirait en erreur les consommateurs… Il est intéressant de noter que les exemples utilisés s’appuient toujours sur les mêmes aliments de marque (moins d’une quinzaine d’aliments de marques sachant qu’au total il en existe plus de 200 000 pour lesquels il est possible de calculer le Nutri-Score) et qui se veulent frapper les esprits par leur image dans la population (aliments traditionnels réputés favorables à la santé, aliments industriels réputés défavorables,…) et par la comparaison binaire (bien ou mal classés). A aucun moment n’est d’ailleurs fait état par les détracteurs, du fait que Nutri-Score ne leur pose pas de problème pour 99 % des autres aliments qui ne font pas l’objet d’attaques de leur part ! Ci-dessous sont présentés différentes fake-news qui sont apparus ces derniers mois sur les réseaux sociaux et pour lesquelles nous expliquons leur manque de sérieux. Pour des raisons d’homogénéité nous avons traduits en français les verbatims circulant dans les réseaux sociaux ou dans la presse en espagnol, anglais, flamand, italien ou directement en français.

  • 1. Exemple de fake-news reposant sur une réelle incompréhension de la finalité des logos nutritionnels

« Le Nutri-Score n’a aucun intérêt et est trompeur pour le consommateur, la preuve : certains aliments ultra-transformés contenant des additifs ou des pesticides sont bien classés ! »

Ce type de critiques porte sur le fait que le Nutri-Score n’intègre pas les additifs, le degré de transformation, ou les pesticides. Ce choix est pleinement assumé pour Nutri-Score comme pour tous les autres logos-nutritionnels (pour plus de détail voir article dans The Conversation : https://theconversation.com/le-nutriscore-mesure-la-qualite-nutritionnelle-des-aliments-et-cest-deja-beaucoup-99234), et est lié à l’impossibilité, étant donné les connaissances scientifiques actuelles, de développer un indicateur synthétique qui couvrirait l’ensemble de ces dimensions. Le Nutri-Score est un système d’information nutritionnelle, qui a été démontré comme très utile pour aider les consommateurs à orienter leurs choix vers des aliments de meilleure qualité nutritionnelle, mais en aucun cas il n’a la prétention d’être un système d’information sur la dimension globale ‘santé’ des aliments couvrant, en plus de la dimension nutritionnelle, les dimensions sanitaires et environnementales.

Ce type de critiques porte sur le fait que le Nutri-Score n’intègre pas les additifs, le degré de transformation, ou les pesticides. Ce choix est pleinement assumé pour Nutri-Score comme pour tous les autres logos-nutritionnels (pour plus de détail voir article dans The Conversation : https://theconversation.com/le-nutriscore-mesure-la-qualite-nutritionnelle-des-aliments-et-cest-deja-beaucoup-99234), et est lié à l’impossibilité, étant donné les connaissances scientifiques actuelles, de développer un indicateur synthétique qui couvrirait l’ensemble de ces dimensions. Le Nutri-Score est un système d’information nutritionnelle, qui a été démontré comme très utile pour aider les consommateurs à orienter leurs choix vers des aliments de meilleure qualité nutritionnelle, mais en aucun cas il n’a la prétention d’être un système d’information sur la dimension globale ‘santé’ des aliments couvrant, en plus de la dimension nutritionnelle, les dimensions sanitaires et environnementales.

Synthétiser l’ensemble des dimensions santé des aliments au travers d’un indicateurs unique et fiable, qui prédirait globalement le risque pour la santé serait, à l’évidence, le rêve de tout acteur de Nutrition de Santé Publique dans l’intérêt des consommateurs. Mais ce n’est pas par hasard et surement pas par incompétence, si aucune équipe de recherche ou aucune structure de santé publique dans le monde, ni aucun comité d’experts indépendants nationaux ou internationaux, ni l’OMS n’aient pu concevoir un tel indicateur synthétique. Ceci peut s’expliquer par deux types de raisons :
1)  D’abord les niveaux de connaissances  et le degré de certitude concernant les liens avec la santé diffèrent selon la dimension considérée pour les aliments. L’accumulation de très nombreux travaux épidémiologiques, cliniques et expérimentaux permettent de considérer qu’il existe pour certains éléments nutritionnels (nutriments/aliments) un niveau de preuve documenté et solide sur leur conséquence sur le risque de maladies chroniques allant de « probable » à « convaincant » dans les classifications internationales. Pour les autres dimensions notamment celles se référant aux nombreux additifs, composés néo-formés ou contaminants (pesticides, antibiotiques, perturbateurs endocriniens), il existe certes des hypothèses sur la santé, mais avec des niveaux de preuves très différents (notamment en termes d’études chez l’homme).
2) Une raison découlant de la précédente, il est actuellement impossible de pondérer la contribution relative de chacune des dimensions d’un aliment sur le risque pour la santé, pour aboutir à  une note synthétique qui idéalement serait prédictive d’un niveau de risque global. Certaines applications le proposent, mais elles ne reposent sur aucune base scientifique valide. Les questions méthodologiques sont nombreuses et encore non résolues : mesure précise du risque  attribuable à chacune des dimensions, à chacun des différents composants potentiellement incriminés, effet cocktail potentiel, etc.  De fait, calculer un index unique pour caractériser la qualité sanitaire globale d’un aliment, qui pourrait in fine aboutir à un jugement dans l’absolu (excellent, bon, médiocre,…) ne repose pas sur des bases  scientifiques suffisamment solides et présente donc un caractère assez arbitraire.
3) Enfin, en ce qui concerne les additifs et les pesticides, en cas de preuve d’un risque pour la santé, la réponse à apporter d’un point de vue de santé publique n’est pas l’information du consommateur au travers d’un logo, mais bien le retrait de l’élément en question de la chaîne alimentaire, selon un principe de gestion du risque sanitaire. C’est d’ailleurs le cas aujourd’hui pour l’additif controversé E171, pour lequel un retrait a été annoncé par les autorités françaises.

Cela n’empêche en rien, dans le cadre d’une politique nutritionnelle de santé publique efficace, de recommander à la population de choisir des aliments affichant le meilleur Nutri-Score possible, sans ou avec la plus courte liste possible d’additifs (dans la liste des ingrédients) et de privilégier les aliments bruts et, si possible, Bio (avec un logo certifiant).

2. Un exemple de fake-news reposant sur des pseudos contradictions dans la capacité du Nutri-Score à classer les aliments en fonction de leurs qualités nutritionnelles

« Le Nutri-Score est faux, la preuve : les frites qui ne sont pas bonnes pour la santé sont mieux classées que les sardines qui contiennent plein de bonnes choses ; ou l’huile d’olive est moins bien classées que le Coca-Cola zéro… ! »

Il faut garder à l’esprit que la finalité d’un logo nutritionnel comme Nutri-Score n’est pas de classer les aliments en « aliments sains » ou « aliments non sains », en valeur absolue, comme le ferait un logo binaire (bien vs mal). Une telle finalité pour un logo nutritionnel resterait totalement discutable car cette propriété est liée à la quantité consommée de l’aliment et la fréquence de sa consommation, mais également à l’équilibre alimentaire global des individus (l’équilibre nutritionnel ne se faisant pas sur la consommation d’une prise alimentaire, ni même sur un repas ou sur un jour…). Ces notions complexes ne peuvent, bien sûr, être résumées par un logo nutritionnel attribué à un produit spécifique d’une marque donnée…

Non, la finalité du Nutri-Score est de fournir aux consommateurs une information, en valeur relative qui leur permet, en un simple coup d’œil, de pouvoir comparer la qualité nutritionnelle des aliments, ce qui est déjà très important pour orienter leurs choix au moment de l’acte d’achat. Mais cette comparaison n’a d’intérêt que si elle est pertinente, notamment si elle porte sur des aliments  que le consommateur est confronté à comparer dans la vraie vie (au moment de son acte d’achat ou de sa consommation). Par ailleurs, par définition,  le Nutri-Score n’invente rien, il ne donne pas un blanc-seing sur la valeur santé dans l’absolu de l’aliment. Il ne  fait que retranscrire sous forme synthétique les éléments de composition nutritionnelle qui figurent sur l’étiquette nutritionnelle présente à l’arrière de l’emballage.

Et au contraire, les fake-news vont essayer de détourner l’intérêt du Nutri-Score en mettant en avant des pseudo-contradictions à partir de comparaisons qui n’ont pas de sens réel… 
Voici une des images qui circule le plus souvent sur les réseaux sociaux largement reprise par des internautes, certains médias, des groupes de pression et des politiques

FAKE NEWS

Le principe de cette image (reprise de très nombreuses fois) est d’essayer de caricaturer le Nutri-Score laissant entendre que certaines catégories de produits industriels seraient classées comme « bonnes pour la santé » (« healthy foods ») et mieux classés que des aliments « traditionnels » qui seraient eux considérés comme « non favorables pour la santé » (« unhealthy foods »).

Le Nutri-Score permet de comparer la qualité nutritionnelle des aliments mais à condition que ces comparaisons soient pertinentes et utiles aux consommateurs pour orienter leurs choix. Là encore il est bon de rappeler que Nutri-Score permet de comparer la qualité nutritionnelle :
1) d’aliments appartenant à la même catégorie, par exemple dans la famille des céréales petit déjeuner comparer des mueslis versus des céréales chocolatées, versus des céréales chocolatées et fourrées; comparer des biscuits secs vs des biscuits aux fruits vs des biscuits chocolatés ; ou bien des lasagnes à la viande, à celle au saumon, aux épinards ; ou encore les différents plats préparés à base de pates ; les différents types de pizzas; ou différents types de boissons (eau, jus de fruits, boissons à base de fruits, sodas,…). Dans chacune de ces catégories les Nutri-Score vont varier de A à E, ce qui fournit une information utile pour les consommateurs pour leurs choix,
2) d’un même type d’aliment proposé par des marques différentes (par ex: comparer des céréales chocolatées et fourrées d’une marque par rapport à son « équivalent » d’une autre marque ou des biscuits chocolatés de différentes marques). Là encore, les Nutri-Score peuvent varier de A à E, ce qui est également une information utile pour aider les consommateurs à reconnaitre les aliments de meilleure qualité nutritionnelle,

3) d’aliments appartenant à des familles différentes à conditions qu’il y ait une réelle pertinence dans leurs conditions d’usage ou de consommation (et qui sont souvent proches dans les rayons de supermarchés) : des yaourts par rapport à des crèmes desserts ; des céréales petit déjeuner par rapport à des biscuits, du pain ou des viennoiseries industrielles…

Mais quel est le sens, comme le fait la fake news, de comparer des frites à du roquefort, des céréales petit-déjeuner à des sardines ou l’huile d’olive au Coca Cola Zero ? Est-ce que la question se pose réellement de cette façon pour les consommateurs au moment de leur acte d’achat ou de leur consommation alimentaire ? Il est très peu probable que le consommateur envisage a priori de consommer des sardines pour son petit-déjeuner, ni d’assaisonner sa salade avec du Coca-Cola ou de se rafraîchir avec de l’huile d’olive… En réalité, le consommateur a besoin de pouvoir comparer la qualité nutritionnelle des aliments qui ont une pertinence à se substituer dans sa consommation. S’il souhaite choisir les éléments de son petit déjeuner, il est important qu’il puisse comparer des aliments de catégories différentes mais consommées à cette occasion, par exemple du pain de mie, des viennoiseries, des céréales petit-déjeuner ou des biscuits. Et bien sûr avoir accès à la transparence sur la qualité nutritionnelle au sein des grandes catégories ou en fonction des marques, pour pouvoir ainsi comparer différentes céréales petit-déjeuner entre elles, ou les différentes viennoiseries industrielles ou les pains de mie en fonction des marques…
Dans ce contexte, le Nutri-Score fonctionne parfaitement bien comme le démontre les exemples ci-dessous.
Par exemple : différents aliments appartenant à des catégories différentes mais consommés au petit-déjeuner

Dans cet exemple qui ne reprend que quelques-uns des multiples aliments concernés, on se rend compte d’un coup d’œil que parmi les options pour le petit déjeuner, lorsque l’on compare plusieurs catégories d’aliments, certaines sont plus favorables que d’autres : les pains complets ou certains mueslis sont mieux classés que des biscuits ou des viennoiseries. De plus selon le type de pain (complet ou non), le type de biscuits ou de céréales petit déjeuner il peut exister des variations importantes de qualité nutritionnelle. Par exemple à l’intérieur de la catégorie des céréales petit-déjeuner, il existe une très grande variabilité de qualité nutritionnelle avec des Nutri-Score allant de A à E selon le type de céréales (il en est de même pour des céréales équivalentes  mais de marques différentes):

Il en est de même pour la variabilité de la qualité nutritionnelle des crèmes desserts, qui, sans logo nutritionnel, n’est pas évidente à évaluer pour les consommateurs, mais dont les différences apparaissent de façon très évidente avec l’affichage du Nutri-Score, qui peut aller de A à E selon les produits :

Ce type de fake-news cherche à donner l’impression que le Nutri-Score n’est pas cohérent en terme de classification nutritionnelle des aliments en comparant des aliments qui n’ont pas de raison d’être comparés entre eux tout en omettant l’intérêt principal du Nutri-Score pour le consommateur, à savoir, comparer des aliments dans des conditions pertinente. L’autre élément de tromperie sous-jacent à la fake-news repose sur le fait de jouer sur des stéréotypes en termes de croyance ou de perception des aliments.

Pour les sardines, largement utilisées pour mettre en cause l’intérêt du Nutri-Score (au travers toujours de la même image), si certaines marques sont réellement classées en D, d’autres sardines en boite vont aller de A à D selon leur composition nutritionnelle , il n’est donc pas honnête de ne laisser entendre que les sardines sont systématiquement placées en D par le Nutri-Score…

L’image des frites (souvent liée à celle des fast-foods) est dans la croyance populaire plutôt perçue comme négative sur le plan nutritionnel, alors que celle d’aliments « traditionnels » comme le roquefort, le jambon Serrano ou les sardines (tout comme le saumon fumé) bénéficient d’une perception plutôt favorable. Pourtant il suffit de regarder l’étiquette de l’aliment pour se rendre compte de la réalité de la composition nutritionnelle. Il est tout à fait normal que le roquefort ou le jambon Serrano soient classées E compte-tenu de leur richesse en graisses saturées et en sel. De même que le saumon fumé soit classé  D, largement repris comme une critique du Nutri-Score, est tout à fait « normal » compte-tenu de sa richesse en sel (2,5 à 3,5 g de sel pour 100g), à la différence du saumon frais qui lui est classé A, ce qui n’est jamais indiqué dans les messages mettant en cause la classification du saumon fumé par Nutri-Score.
Là encore il existe de très grandes différences de qualité nutritionnelle au sein des catégories d’aliments (différents fromages, différents jambons,…) ou pour un même aliment selon la préparation et la marque. Si le Roquefort est toujours classé en E (il contient entre 3 et 4 g de sel/100g et est riche en acides gras saturés), la majorité des fromages sont classés en D et certains en C (comme par exemple la mozzarella). Même pour les jambons équivalents, par exemple le jambon Serrano peut être E ou D, et d’autres types de jambon se classent en D ou C.

 

Problèmes spécifiques posés par les frites

Les remarques faites dans les fake news sur les frites touchent à la fois à l’irrationnel (l’image négative des frites rattachée aux fast-foods) et là, encore à l’incompréhension de comment s’établit un logo nutritionnel et quel peut être son rôle. En effet, par définition, le Nutri-Score (comme tous les autres logos nutritionnels) n’est qu’une traduction des valeurs nutritionnelles déclarées à l’arrière du paquet, qui se réfère aux aliments tels que vendus.  Il est en effet demandé au fabricant la transparence sur le produit qui est mis sur le marché, mais ce dernier ne peut tenir compte et/ou anticiper la variabilité des modes de préparation, d’utilisation ou de consommation pour son produit.
Pour le Nutri-Score, seuls les aliments qui nécessitent une reconstitution spécifique, selon une recette standardisée (purée en flocons, préparations sèches pour gâteaux), bénéficient d’un Nutri-Score calculé sur la base de la recette standardisée.

En revanche, pour les frites surgelées plusieurs modes de cuisson sont possibles, et l’utilisation d’une recette standardisée dans ce cas serait réductrice par rapport aux modes de consommation constatés dans la population. La cuisson au four des frites pré-cuites surgelées (le plus souvent classée B par Nutri-Score) n’a pas d’impact sur la composition  nutritionnelle et le Nutri-Score n’est pas modifié dans ce cas après cuisson (il reste B). Par contre, les frites surgelées (non pré-cuites) classées le plus souvent A par le Nutri-Score (ce sont simplement des pommes de terre épluchées et coupées), l’information du mode de cuisson est donnée sur les emballages et recommande une cuisson en auto-cuiseur. Dans ces conditions, le Nutri-Score  passera, selon les huiles de cuisson (plus ou moins riches en acides gras saturés) à B ou au maximum à C. L’ajout de sel par la suite peut lui aussi impacter la note, mais ne peut raisonnablement pas être anticipé lors de l’achat du produit.

Ces éléments montrent à la fois l’intérêt du Nutri-Score qui permet d’éclairer les consommateurs sur la réalité de la composition nutritionnelle et de lutter contre certains stéréotypes ou idées reçues : par exemple dans le cas des frites largement utilisées dans les fake news, elles ont sur le plan nutritionnel une composition nutritionnelle plutôt favorable pour celles à cuire au four et même celles surgelées cuites en friteuse restent correcte sur le plan nutritionnel (classées au maximum C).
Il n’en demeure pas moins qu’il apparait nécessaire dans le cadre exclusif des aliments ne pouvant être consommés tels qu’achetés (telles que les frites surgelées non pré-cuites), et pour lesquels est donné sur l’emballage un mode de cuisson spécifique et détaillé susceptibles d’impacter le Nutri-Score, que le fabriquant alerte les consommateurs de la modification induite sur le Nutri-Score en donnant 1) le Nutri-Score du produit tel que vendu (correspondant aux éléments qui sont sur l’étiquetage nutritionnel) et 2) une mention sur le score final, en donnant la lettre du Nutri-Score obtenue par le produit après cuisson selon le mode recommandé sur l’emballage (pour les frites la modification aboutit à passer à une classe supérieure du Nutri-Score après passage en friteuse).

Au total,

Il apparait donc clairement, contrairement à ce que véhiculent les fake news,que  le Nutri-Score permet de différencier finement et facilement d’un simple coup d’œil  la qualité nutritionnelle des aliments et de comparer les aliments entre eux, pour aider les consommateurs à éventuellement choisir une alternative plus favorable sur le plan nutritionnel soit  dans une autre catégorie correspondant à l’usage que l’on souhaite faire de l’aliment, soit au sein de la même catégorie en choisissant un meilleur Nutri-Score ou la marque proposant l’aliment le mieux classé.

Il est aussi essentiel de rappeler une règle majeure du Nutri-Score, ce qui n’apparait jamais dans les fake news : le fait d’être classé D et E pour un aliment ne veut pas dire qu’il ne doit pas du tout être consommé. Dans le cadre d’une alimentation équilibrée, il peut être intégré mais le consommateur averti saura, s’il ne souhaite pas choisir une alternative de meilleure qualité nutritionnelle et qu’il souhaite maintenir son choix pour un produit D et E, qu’il vaut mieux qu’il le consomme en plus petite quantité et/ou moins fréquemment.    

Le problème de classement des aliments mis en cause, comme la comparaison entre l’huile d’olive et du Coca-Cola zéro, est-il spécifique au Nutri-Score ? Comment les autres logos les classent-ils ?

Comme tous les logos nutritionnels sont bâtis sur les données correspondant à leur composition nutritionnelle, tous les logos coloriels comme le Traffic Light au Royaume Uni ou l’ENL  soutenu par certaines multinationales, décrivent pour l’huile d’olive deux « rouges » compte-tenu de sa composition en graisses saturées et en graisses totales tandis que le Coca-Cola zéro affiche 4 « verts » (voire figure ci-dessous). De même ,dans le cas des avertissements sanitaires soutenus en Amérique Latine, au Canada ou en Israël  le Coca-Cola zéro n’affiche aucun avertissement. Donc quel que soit le système, l’huile d’olive est moins bien classée compte-tenu de son contenu en calories, graisses totales et graisses saturées. Mais curieusement si cette critiques revient fortement pour le Nutri-Score, personne ne s’est offusquée  de ce problème de classement pour le Traffic Lights Multiples britannique et cela n’a d’ailleurs pas posé de problèmes pour les consommateurs des chaines de distribution qui utilisent déjà depuis de longues années ce type de logo (en Espagne, au Portugal ou au Royaume Uni) et qui positionnent également plus mal l’huile d’olive que le Coca-Cola zéro.


Traffic lights multiple MTL (en haut) et ENL (en bas)


  • 3. Fake news concernant le fait que le Nutri-Score serait adapté à la France et non aux autres pays européens

« Le Nutri-Score est franco-français et n’est pas adapté aux autres pays d’Europe. Les adaptations faites dans son calcul ont été faites pour faire plaisir à son secteur fromager »

Une autre « fake-news » circulant sur internet est le fait que la France aurait fait une exception spécifique sur le calcul de l’algorithme pour les fromages afin d’améliorer l’image des fromages qui font partie de son patrimoine culinaire! Ceci est bien sur totalement faux. En fait, le Nutri-Score a fait, au cours de son développement en 2015-2016,  l’objet d’adaptations à la marge  qui ne modifiaient pas les éléments pris en compte pour le calcul du score de base (qui permet d’attribuer les différentes couleurs du Nutri-Score) au niveau de l’ensemble des aliments. Les éléments « négatifs » du calcul sont ceux qui figurent dans la déclaration nutritionnelle obligatoire au niveau européen et qui sont cités dans l’étiquetage obligatoire en face arrière des emballages (calories, lipides totaux, graisses saturées, sodium qui sont d’ailleurs les seules éléments disponibles pour tous les aliments). Les adaptations mineures du mode de calcul ont été faites pour les fromages, les matières grasses et les boissons. Cela provient du fait qu’après l’analyse en 2015 de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des aliments (ANSES)  ces 3 catégories (il s’agit bien de catégories pas d’aliments spécifiques) ont été reconnues  comme soulevant des problèmes spécifiques aisés à régler (sans remettre en cause le choix des nutriments rentrant dans le calcul de l’algorithme):

  1. Pour les fromages, du fait de leur composition élevée en acides gras saturés, la teneur en protéines (utilisée pour refléter la teneur en calcium et fer dans l’algorithme de calcul du Nutri-Score) n’était pas comptabilisée dans le calcul du Nutri-Score et se trouvaient tous classés en E. Or les fromages sont une source importante de calcium. De ce fait, il a été considéré que l’algorithme présentait une incohérence, puisqu’il ne prenait pas bien en compte la contribution du fromage aux apports en calcium. De la même façon, il ne permettait pas de distinguer des différences de teneurs en sel et/ou en graisses. Avec la modification, la grande majorité des fromages est classée en D (ce qui est cohérent avec les recommandations nutritionnelles qui visent à ne pas pousser à des consommations importantes de fromages), allant par ailleurs du C (pour les fromages frais peu salés) au E (pour les fromages affinés salés).
  2. Toutes les graisses ajoutées étaient dans la même catégorie, or il était clair qu’il était nécessaire de discriminer entre les graisses animales plus riches en acides gras saturés (beurre) et les graisses végétales moins riches en graisses saturées (huile, margarines), en cohérence avec les repères nutritionnels en population générale. La modification qui a été faite à l’algorithme a permis de discriminer les deux groupes puisque les matières grasses animales sont toutes en E (avec l’huile de palme), à la différence des huiles végétales et margarines végétales.

3. Pour les boissons la modification faite à l’algorithme original a été liée au fait que les boissons ont une densité différente des produits solides, et qu’elles contiennent principalement du sucre. L’adaptation a été réalisée surtout pour que l’eau soit la seule boisson classée en A (et éviter que les boissons édulcorées soient classées au même niveau que l’eau, compte tenu des composés pris en compte dans le calcul).

  • Quelles leçons tirer de ces problèmes de comparaisons d’aliments véhiculées par les fake news

Même si, comme précédemment évoqué, la comparaison (non justifiée) des scores nutritionnels de certains aliments n’est pas adaptée et apparait comme une critique non pertinente en terme de réalité pratique (comme celle du Coca-Cola Zéro et de l’huile d’olive ), et bien que Nutri-Score fonctionne parfaitement bien pour l’extrême majorité des aliments, les positionnements nutritionnels de l’huile d’olive et du Coca Zéro dans l’échelle Nutri-Score (liés au calcul de son algorithme de base) soulève tout de même de vraies questions en termes de santé  publique dont sont tout à fait conscients les scientifiques travaillant dans la conception du système depuis sa mise en place. Même si elles ne sont pas de même nature que les fake news, certains éléments concernant le positionnement de quelques rares aliments au regard des recommandations de santé publique nécessitent une réaction à court ou moyen terme :

– Pour l’huile d’olive, ce n’est pas tant une comparaison non pertinente à d’autres aliments (qui n’ont rien à voir en terme d’usage) qui pose problème mais plutôt le fait que l’huile d’olive (classée D) est, certes mieux placée que les matières grasses animales (classées E) ou que les huiles très riches en acides gras saturées (coco, palme,…), mais elle est moins bien classée que les huiles de colza (qui sont classées en C). Or les recommandations nutritionnelles de santé publique dans quasi tous les pays européens visent à privilégier les matières grasses végétales plutôt qu’animales (ce qui est couvert par la forme initiale du Nutri-Score), mais recommandent également de privilégier, et notamment en fonction des cultures alimentaires, les huiles d’olive, de colza et de noix (ce qui n’est pas le cas, l’huile d’olive et l’huile de noix étant moins bien classée que l’huile de colza).
Des discussions sont en cours avec différents chercheurs en France et en Europe  pour permettre à Nutri-Score, en valorisant les huiles d’olive et de noix  dans la prise en compte des points positifs du calcul de l’algorithme de base du Nutri-Score (mais sans modifier l’algorithme) de corriger cette anomalie. Les huiles d’olive et de noix sont alors classée en C comme l‘ huiles de colza et font partie des trois huiles les mieux classées …. Un arrêté modificatif de l’arrêté du 31 octobre 2017, donnerait la cohérence nécessaire entre les recommandations nutritionnelles françaises (publiées par Santé Publique France en janvier 2019) mais aussi européennes et mondiales et le classement des huiles dans le Nutri-Score.

– Pour les édulcorants, il est prévu que ce point soit rediscuté lors du bilan qui sera fait en 2021 et  dans le cadre de la discussion avec les différents états qui seront engagés dans le processus. D’éventuelles lacunes qui pourraient être identifiées à l’usage ou des progrès possibles dans la construction de l’algorithme liés à l’évolution des connaissances scientifiques et/ou de la situation juridique en Europe (prise en compte sucres libres, ….) seront également rediscutés pour le futur à l’occasion du bilan.

Enfin il faut également rappeler clairement que le Nutri-Score comme tous les logos nutritionnels sur la face avant des emballages des aliments n’est qu’un seul des éléments d’une politique nutritionnelle de santé publique. Il doit bénéficier d’un accompagnement pédagogique (actions d’information,  communication et éducation auprès du grand public et des professionnels de santé, du social, de l’éducation,…) quant à son utilisation, sa signification, son intérêt et ses limites. Il s’inscrit en complémentarité des autres mesures de santé publique et notamment toute les actions de communication sur les recommandations génériques de consommation en termes de groupes alimentaires et notamment le fait de consommer plutôt des produits bruts et des produits issus d’une agriculture utilisant le moins de pesticides possibles (aliments  bios).

CONCLUSION                                                                                     

Finalement, il est légitime qu’il y ait débat autour du Nutri-Score et que chacun fasse entendre sa voix et puisse poser ses questions (scientifiques, consommateurs, industriels, journalistes, spécialistes ou profanes,…), mais il est important que le débat reste constructif et honnête.

Le Nutri-Score, tant dans sa construction que sa validation, repose sur des bases scientifiques très solides (avec plus de 30 publications scientifiques dans des revues internationales à comité de lecture) démontrant son efficacité et sa supériorité par rapport à tous les autres systèmes de logo nutritionnel (qui n’ont pas un dossier scientifique aussi convaincant).

Au travers de critiques focalisées et disproportionnées niant les intérêts multiples de Nutri-Score, le jeu des lobbys ne vise qu’à empêcher le déploiement du Nutri-Score en Europe…  pour garder le statu quo, qui reste peu convaincant et peu utile pour le consommateur.

 

Un commentaire sur “Incompréhensions et fake-news concernant Nutri-Score. Comment essayer de déstabiliser un outil de santé publique qui dérange ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s